Premier procès pour discrimination raciale pendant un voyage scolaire.

Revue de presse Lundi 22 octobre 2018 s’est tenu au Tribunal de Grande Instance de Paris le premier procès pour discrimination raciale pendant une sortie scolaire.

De gauche a droite : Ilyas Haddaji, Mamadou Camara et Zakaria Hadji Mmadi

Les faits remontent à mars 2017. Au retour d’un voyage scolaire à Bruxelles, Mamadou Camara, Ilyas Haddaji et Zakaria Hadji Mmadi, alors élèves du Lycée Louise Michel d’Épinay-sur-seine (93) subissent un contrôle d’identité en gare du Nord. Les trois jeunes sont ensuite fouillés, sans qu’aucune explication ne soit donnée à leur professeure encadrante, Mme Élise Boscherel.

Conscients que « ce ne sera pas la dernière fois » et décidés à faire cesser les discriminations au faciès, les jeunes portent plainte contre l’État pour discrimination. Au cours du procès, leur avocat, maître Slim Ben Achour a rappelé que les « contrôles au faciès sont coûteux et inefficaces ». En affirmant que leur cas n’est pas isolé : « Mes clients sont l’incarnation d’une réalité. Que vous soyez à la gare du Nord, à Bastille, à Lille ou à Vaux-en-Velin, c’est toujours les mêmes qu’on contrôle ».

La plaidoirie de la partie civile a aussi été assurée par l’avocat du Défenseur des Droits. Il a cité l’étude rendue publique par le DDD en janvier 2017 qui montre que les « jeunes hommes perçus comme noirs ou arabes ont 20 fois plus de risque de se faire contrôler ».

La salle d’audience était pleine pendant ce procès exceptionnel avec beaucoup de professeurs et élèves qui ont apporté leur soutien aux trois jeunes, ainsi que de nombreux médias nationaux et régionaux. La décision du Tribunal sera rendue le 17 décembre prochain.

Revue de presse :

Médias régionaux :